Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

La continuité au Sud de la poésie chinoise des Song : évocation de souvenirs quand vient le soir

Dynastie chinoise des Song du Sud 南宋 (1127 – 1279) – deuxième partie

姜夔   Jiāng Kuí (1152 – 1220)
Sur l’air de « La saison des perdrix »
Sur l’air de « La saison des perdrix »
Odelette des pruniers de jade (au premier ton)
Sur l’air de « Laver le sable du torrent »
Sur l’air d’« Une plainte depuis la galerie » (lento)
Complainte du pavillon aux martins-pêcheurs– Poème à deux strophes
Sur l’air d’« En souvenir d’un petit-fils de roi »
« Yangzhou lento »

Note sur le poète

Jiāng Kuí 姜夔 est l’un des meilleurs poètes de la fin des Song et celui, avec Xin Qiji 辛棄疾, dont l’influence fut la plus grande. De tous les poètes chinois de ce recueil, c’est aussi celui, avec Liu Yong 柳永, qui ressemble le plus à notre image traditionnelle du poète par la vie de bohème qu’il mena. En effet, il échoua systématiquement aux examens, ne tint pas de fonctions officielles et, préférant d’ailleurs sa liberté, vécut de la vente de ses calligraphies, des chansons qu’il composait et que sa compagne Xiaohong 小紅 chantait pendant qu’il l’accompagnait à la flûte (« 自作新詞韻最嬌, 小紅低唱我吹簫 » écrit-il dans Passant sous l’arc-en-ciel 過垂虹) sur les lieux à la mode de l’époque, ainsi que de la générosité de ses nombreux amis, parmi lesquels figurent les poètes les plus importants de cette période, en particulier Fan Changda 范成大, Yang Wangli 楊萬里 et Xin Qiji.

Mais c’est un vrai créateur passionné de musique, qui attache un soin particulier aux effets sonores et à l’harmonie tonale et qui, à la suite de Zhou Bangyang 周邦彥 et de Li Qingzhao 李清照, redonne aux 詞 toute leur dimension musicale. Il créa ainsi de nombreux airs, en multipliant les indications musicales dans les introductions aux poèmes qui restent les plus précieux documents dont nous disposons sur la musique des Song.


劉過   Liú Guò (1154–1206)
Sur l’air de « Le printemps au parc de la Rivière-Cœur »

Note sur le poète

Liu Guo 劉過 échoua quatre fois aux concours impériaux et vécut sa vie durant dans la pauvreté. Partisan comme eux de la reconquête du nord de la Chine, il se lia d’amitié avec d’autres poètes patriotes comme Lu You 陸游, Xin Qiji 辛棄疾, Chen Liang 陳亮 et Yue Ke 岳珂.


張鎡   Zhāng Zī (1153 – 1211)
Sur l’air de « Le pavillon du Mont des Hirondelles »

戴復古   Dài Fù Gŭ (1167 – ?)
Sur l’air de « Chanson de la fée des grottes »

Note sur le poète

Le poète Dai Fugu 戴復古 échoua dans la carrière officielle et mena une vie d’errance dans la pauvreté avant de se retirer dans sa province natale du Zhejiang, à proximité du Mont Tai 太山. Il ne laissa qu’une quarantaine de poèmes.


嚴蕊   Yán Ruĭ (vers 1182)
Sur l’air de « Comme en songe »

Note sur le poète

Yan Rui 嚴蕊 aurait été une courtisane particulièrement douée. Quand on lui apporta un rameau de pécher en fleurs, elle composa le poème qui suit, en référence au fameux texte de Tao Yuanming 陶淵明, La chronique de la source aux fleurs de pêchers 桃花源記. Faussement accusée de relations illicites avec un fonctionnaire à l’instigation de Zhu Xi 朱熹 et fouettée pour obtenir des aveux, elle protesta de son innocence avec vigueur et conviction ; la rumeur qui en résulta fut telle qu’elle arriva aux oreilles de l’empereur. Yan Rui fut finalement libérée et prit place par la suite parmi les concubines impériales.


劉克莊   Liú Kè Zhuāng (1187 – 1269)
Sur l’air d’« Un maître en divination »
Sur l’air de « Le printemps au parc de la Rivière-Cœur »

Note sur le poète

Le patriotisme et les critiques politiques et sociales émises par Liu Kezhuang 劉克莊 valurent à sa carrière diverses vicissitudes.


楊果   Yáng Guŏ (1195 - 1269)
Sur la tonalité de Yué – Sur l’air de « Le rouge d’un petit pêcher »

葉紹翁   Yè Shào Wēng (vers 1200)
Une visite manquée au jardin

Note sur le poète

On ne connait pas les dates de naissance et de mort de Ye Shaoweng 葉紹翁, l’auteur de ce charmant poème. Il mena pour l’essentiel une vie retirée sur les bords de l’embouchure du Yangzi 錢塘 et du lac de l’Ouest 西湖 près de Hangzhou 杭州 qu’il consacra à écrire des poèmes paysagers.


吳文英   Wú Wén Yīng (1207 ? - 1269 ?)
Sur l’air de « Le vent s’engouffre dans les pins »
Sur l’air d’« En vain tant de décrets »

關漢卿   Guān Hàn Qīng (1210 — 1280)
Sur l’air de « Quatre blocs de jade »

郝經   Hăo Jīng (1223 – 1275)
Fleur tombée

Jiāng Kuí (1152 – 1220) :
Sur l’air de « La saison des perdrix »

Sans            seconde quinzaine de    première                             dans les rues                            moment, Les saules sont                                      m’ont pas                                            soir       suis trouvé      joyeux    me          au                    par                         du printemps, j’ai refermé le battant.     persiennes           La lune chute, Aux            passés                      de                           Printemps                 silhouette s’assombrit                                     Belles     côté qui                 et          

     excéder la                                  lune    me souviens                       d’avance      savourais le                                  les          petits, ils ne                      voies                   Mais            me             tout        de                couchant, Pourtant                                                                                                                                  seule convient          «    Capitale          au           ». Des lotus la                        après                                                   reviennent                  

                                     la               Je             qu’hier                        j’en                                      chiches,     pruniers                          ouvert les       de la perception.      ce      je                                  promener                           crainte de la fraîcheur                                        Les            sereines,                    sentiments                       l’ode      La          Écarlate                                                           minuit, Allongé j’entends les        d’à                     rire    bavarder.

鷓鴣天

Zhè



tiān
元夕不出
Yuán


chū
憶昨天街預賞時

zuó
tiān
jiē

shăng
shí
柳慳梅小未敎知
Liŭ
qiān
méi
xiăo
wèi
zhī
而今正是歡遊夕
Ér
jīn
zhèng
shì
huān
yóu

卻怕春寒自掩扉
Què

chūn
hán

yăn
fēi
簾寂寂
Lián


月低低
Yuè


舊情惟有絳都詞
Jiù
qíng
wéi
yŏu
jiàng
dōu

芙蓉影暗三更後

róng
yĭng
àn
sān
gēng
hòu
臥聽鄰娃笑語歸

tīng
lín

xiào

guī
姜夔

Jiāng

Kuí

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : soirée printemps

Jiāng Kuí (1152 – 1220) :
Sur l’air de « La saison des perdrix »

À                       de             lune,         je l’ai rêvé.            -      vers                    en finir                                                          amour                              rien du       et                                  Dans                                                    a crié.    printemps                            tempes sont déjà                                     depuis longtemps    chagrine                     à             âges    nuit aux                                  eaux         murmurent                       -             

  la          quinzaine       première           que               Les        -           l’est coulent sans                                             pour faire grandir un                Au milieu des rêves                  du      des tableaux n’apparaît,                  soudain effrayé           des                  Le           n’est pas        vert, Mes                               En          se                                      plus.     élucidera           nos                  nénuphars rouges ? Deux       en      sombres              que        pour    -             

     première              la                tel                       Doubles-Flots                                  jamais, Dès l’origine trop séparés                             partagé.                             rouge       vert                               l’obscurité                 un oiseau     collines                                encore                            défraîchies,    ce monde    séparer                  ne                Qui             travers          la                                  lieux                           ce     chacun      lui-même ressent.

鷓鴣天

Zhè



tiān
元夕有所夢
Yuán

yŏu
suŏ
mèng
肥水東流無盡期
Féi
shuĭ
dōng
liú

jìn

當初不合種相思
Dāng
chū


zhŏng
xiāng

夢中未比丹青見
Mèng
zhōng
wèi

dān
qīng
jiàn
暗裏忽驚山鳥啼
Àn


jīng
shān
niăo

春未綠
Chūn
wèi

鬢先絲
Bìn
xiān

人間別久不成悲
Rén
jiān
bié
jiŭ

chéng
bēi
誰敎歲歲紅蓮夜
Shuí
jiào
suì
suì
hóng
lián

兩處沈吟各自知
Liăng
chù
chén
yín


zhī
姜夔

Jiāng

Kuí

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : temps séparation âge

Jiāng Kuí (1152 – 1220) :
Odelette des pruniers de jade (au premier ton)

Le                           déjà avait conçu                           soient                     parachever.    m’enjoignit de              sud                    lettré du Lac des                             la         se                                                        ».     pruniers                 neige                  lettré du                 qui                       sortait            pourquoi     plaisanterie                de l’occasion.       là         flocons,              sud    ruisseau                                       nous            dans     rotondes                                     Là,                                                                    vent        Dont                                                                               : Monseigneur                     et            Ces          en fleurs          l’encourager, Les                     puisse                              Alors                  de          le printemps pour                  sectionner la                                                       tout    jour à             fleurs de             

             Lac                              cet air, Sans qu’encore              paroles                                       le faire.        de                                                            de                                             « le             Jardins                 s’ouvraient,                   Mais              Lac des                                ne         pas. C’est          par              je       parti                Çà       neigeux          Dispersés        du          dans                       printanier      emprisonne      les             les                                  des pruniers de jade,            tournent le            au              d’est,      en             fleurs       pas        surgi,      subtil        déjà                       est                    apprécier,                        pourront                   fleurs durent bien,        Monseigneur      fortifier !       qu’il                                          le distiller,                  neige      composer    nouveau       : Qu’il consacre      un        enlacer les           mille tours.

   Maître du     des Pierres                                          y        les         pour le             Il                          Au        la résidence du                   Pierres, De l’autre côté       rivière    trouvait une closerie appelée      Village des            Les                       la       tombait,      le                   Pierres     redoutait le froid                                                    tirai                         et                               au                      les jardins. Le froid                                              et     salons d’une ancienne villa.                           tant ! Qui             dos debout    haineux                     hauteur les        n’ont     encore        D’un        parfum      éloigné                   venu comprendre                   pruniers                                                                             s’en                         lui plaise    froisser                                 De                     pour          un         poème                                                                   

玉梅令-高平調



méi

lìng

Gāo

píng

diào
石湖家自制此聲
Shí

jiā

zhì

shēng
未有語實之
wèi
yŏu

shí
zhī
命予作
mìng

zuò
石湖宅南
Shí

zhái
nán
隔河有圃曰苑村


yŏu

yuē
Yuàn
cūn
梅開雪落
Méi
kāi
xuĕ
luò
竹院深靜
zhú
yuàn
shēn
jìng
而石湖畏寒不出
Ér
shí

wèi
hán

chū
故戲及之



zhī
疏疏雪片
Shū
shū
xuĕ
piàn
散入溪南苑
Sàn


nán
yuàn
春寒鎖舊家亭館
Chūn
hán
suŏ
jiù
jiā
tíng
guăn
有玉梅幾樹
Yŏu

méi

shù
背立怨東風
Bèi

yuàn
dōng
fēng
高花未吐
Gāo
huā
wèi

暗香已遠
Àn
xiāng

yuăn
公來領略
Gōng
lái
lǐng
lüè
梅花能勸
Méi
huā
néng
quàn
花長好願公更健
Huā
cháng
hăo
yuàn
gōng
gèng
jiàn
便揉春為酒
Biàn
róu
chūn
wèi
jiŭ
翦雪作新詩
Jiăn
xuĕ
zuò
xīn
shī
拚一日繞花千轉
Pàn


rào
huā
qiān
zhuàn
姜夔

Jiāng

Kuí

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Fan Cheng Da (1126 — 1193), le lettré du lac des Pierres, et Jiang Kui sont deux poètes majeurs de l’époque des Song du Sud. Les voici, reclus par le froid hivernal, qui s’occupent en composant et… en entreprenant de distiller de quoi se réchauffer !

Mots-clefs : neige pruniers alcool

Jiāng Kuí (1152 – 1220) :
Sur l’air de « Laver le sable du torrent »

     à      -                                                 (1196)          fin         jour.       sauvage                      strates de           retient de                    nef    tristesse                  de pierre                      l’étrave                                                         Les                    peu       bourgeonnent pour                                            prunier      signe                 les        ses rameaux         une       au feu des lampes,         qu’on rentre.

Fait   Givre-         l’année    3ème       et du 5ème                     la        5ème       L’oie                          les                   se                            la                  dépasse                                                                                                              rives printanières     à                       accueillir l’embarcation                           fait       et                                     ;                                                         

            -Immense,         du      tronc            rameau        avant        du                          craintive devant                nuages               crier, Décorée,        en                   la digue           vers l’ouest, Pointe          que vents et vagues férocement repoussent et malmènent.                              peu                                            de vert, Un petit                       étend contre     portes               Toute     année                    il faut              

浣溪沙

Huàn



shā
丙辰歲不盡五日
Bĭng
chén
suì

jìn


吳松作

sōng
zuò
雁怯重雲不肯啼
Yàn
qiè
chóng
yún

kĕn

畫船愁過石塘西
huà
chuán
chóu
guò
shí
táng

打頭風浪惡禁持

tóu
fēng
làng
è
jìn
chí
春浦漸生迎棹綠
Chūn

jiàn
shēng
yíng
zhào

小梅應長亞門枝
Xiăo
méi
yìng
zhăng

mén
zhī
一年燈火要人歸

nián
dēng
huŏ
yào
rén
guī
姜夔

Jiāng

Kuí

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : voyage fleuve printemps

Jiāng Kuí (1152 – 1220) :
Sur l’air d’« Une plainte depuis la galerie » (lento)

En          sur                 J’ai                      composer moi-                                                      fait des vers inégaux,                combinés avec des                                                     fin beaucoup                                Huan a dit :                                                                  sur la              la                  je     vois ballotés         tomber, froide                    profondeur                                est                   à            raison   » Ces          je     aime profondément.     à              Du                  les                      sont-               foyers,           infiltré          nos               volets.     les lointains                          les              coucher               dispersent en             Vers quel            hommes,            beaucoup :          sauraient                     ces        près de    galerie   Les arbres, supposons              une        instant,             -           contenter                feuillus                                       couche,               hautes murailles          voir, Je    vois       chaos de collines innombrables. Le       de     s’en                                 a-t-                                lui     l’anneau                             lieu ceci   au               retourner      soi   Je            ces          rouges, il                       les           Il faut s’y résigner   en                 -   les ciseaux                                    peine,                     de    séparation                 

                le                        grand                       -même       mélodie. Au départ selon                                                      ai                                   C’est pourquoi       le          la              sont                                        «    y a bien            j’ai              des        si souples              sud de    Han.                                  jusqu’à                                                                arbres    en            des hommes   plus forte                paroles,                           Peu                            rameaux     chatons           Où     -      Dans                  vert          derrière            et             Par                       dont                           Au         les voiles se                         :                ?             je                                       se            comme     arbres                                            qu’ils aient     âme             Ne sauraient-    pas                                      de    sorte ? Tandis     le soleil                      les                       les          ne                                                        Wei          allé, c’est       ;          - -      négliger l’alliance           fut             jade        ?    premier                     tôt s’en                    ;           que     corolles                                      recevoir.                                emploierait-on                                  Pour, à grand        trancher du chagrin    la            les       brins.

   do placé        tube central      pris       plaisir à             -     cette                          ma fantaisie j’ai                        puis je les                      vers réguliers.                entre    début et                      différents. Le grand Sima                Il          des années      fait planter     saules                   berge                Aujourd’hui    les                                      tristesse, dans la            du fleuve. Si des        il        ainsi,                                !                   les                          peu éventés,    bout des                     parfumés,        -ils ?      nos         Leur                            portes    nos                           rivages      s’enroulent     méandres,                                        confusion             port   Des            connais            Lesquels              contenter,                          la         ?                                            un                      -ils     se           d’être touffus             la                que           se         Je guette                      sans                      qu’un                                    Sieur             est             ainsi   Comment  - -il pu                     quand                  de      confié   En                   :    plus                    chez          crains                             n’y ait personne pour                                    :    vain            -               des Provinces Unies,                                                               mille       

長亭怨慢

Cháng

tíng

yuàn

màn
中呂宮
Zhōng

gōng
余頗喜自製曲




zhì

初率意為長短句
chū
shuài


wéi
cháng
duăn

然後協以律
rán
hòu
xié


故前後闋多不同

qián
hòu
què
duō

tóng
桓大司馬云
Huán

Sìmă
yún

昔年種柳依依漢南

nián
zhòng
liŭ


hàn
nán
今看搖落淒愴江潭
jīn
kàn
yáo
luò

chuàng
jiāng
tán
樹猶如此人何以堪
Shù
yóu


rén


kān
此語余深愛之



shēn

zhī
漸吹盡
Jiàn
chuī
jìn
枝頭香絮
Zhī
tóu
xiāng

是處人家
Shì
chù
rén
jiā
綠深門戶

shēn
mén

遠浦縈回
Yuăn

yíng
huí
暮帆零亂

fān
líng
luàn
向何處
Xiàng

chù
閱人多矣
Yuè
rén
duō

誰得似長亭樹
Shuí


cháng
tíng
shù
樹若有情時
Shù
ruò
yŏu
qíng
shí
不會得青青如許

huì

qīng
qīng


日暮


望高城不見
Wàng
gāo
chéng

jiàn
只見亂山無數
Zhĭ
jiàn
luàn
shān

shù
韋郎去也
Wéi
láng


怎忘得玉環分付
Zĕn
wàng


xiāo
fēn

第一是早早歸來


shì
zăo
zăo
guī
lái
怕紅萼無人為主

hóng
è

rén
wèi
zhŭ
算空有并刀
Suàn
kōng
yŏu
bīng
dāo
難翦離愁千縷
Nán
jiăn

chóu
qiān

姜夔

Jiāng

Kuí

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : fleuve soir séparation

Jiāng Kuí (1152 – 1220) :
Complainte du pavillon aux martins-pêcheurs– Poème à deux strophes

                Gloire                    tronc       7ème                           Martiale-                          la Paix             fut                   j’étais            et                 pas                                              mélodie et                                                Martiale-Splendeur          ans, un                le        jeta                    Perroquet          une                  interpréter                                      fort                                  il              il          part.    je    réjouis                                                  m’afflige             de        éloigné ainsi.                                             de poussière les pièges           Cette année les                                                      de traduire                                    firent                                    de                                                      à      Voyez      balustrade                           Les            en       volent        -          Du       élégant             Soufflant      et parfum qui           Sous    froid       nuit       soupir de                       conviendrait     fût le           odes, À           par     nuées blanches la             Avec                                                                      longtemps,         flore                                 cent lieues   Des                             goûtés   À         mon verre                                          fleurs     dissipé          du courage. Par      les       d’Ouest                               pour          Un                             

         « Pure                                    du                              à         -           le                                     achevée.      Liu         déjà          nous ne l’avons     comme les             inauguré. J’ai                    les paroles pour le                                    -                                 ami dont                                du                               chanteuse                        il               elle sut           lui conter l’affaire. Quand    revint à        m’en fit       Si    me         du          des         d’autrefois, pourtant                             m’être                Froids         les        aux                                         tigres,                                   faveur     réjouissances. On vient                 hymnes des                 Que        entendre      et                             d’une grande        Étagé le                    pic,       : la                   l’enlace de rouge,     toits                             -pêcheurs,    monde         et                                       retombent      le       de la      et              vent. C’est                        que                                        les                   grue jaune,             folâtrer    blaguer…     échelle    jade                                 Mais             effluve                                        horizons                                                      conjurer et dépurer le                     ont                                  delà                   Quand          soir on             enrouler    rideau                      

En l’ère               », l’année du 3ème       et         rameau (1186) en hiver,           -Splendeur,    pavillon de         Perpétuelle              Avec                  parti                                  autres amis                créé la                                commémorer. J’avais quitté         -          pour dix         vieil             bateau      l’ancre à l’île              entendit     petite                       cette ode,    l’interrogea,               bien                                         Wu,                                       souvenir     voyages                       je           aujourd’hui                                 de lune     sables     dragons, Purs                         à                         Han initièrent la        des                                     les            tribus barbares                     voix    flûtes aux tentes    feutre              armée.          pavillon s’élève                              courbe                              becs    l’air        martins-                              gracieux           fard                                                     un                       ici Qu’il                         génie des         étreindre                                            vous à          et          Une         de      cristallisa l’espoir                 de       en         quelle affluence sur             !              j’ai passionnément        ;   brandir           pour                        chagrin, Les                    l’ardeur                          monts               vient le         rentre                         d’embellie d’automne.

翠樓吟

Cuì

lóu

yín
雙調
Shuāng
diào
淳熙丙午冬
Chún

bĭng

dōng
武昌安遠樓成

chāng
ān
yuăn
lóu
chéng
與劉去非諸友落之

Liú

fēi
zhū
yŏu
luò
zhī
度曲見誌


jiàn
zhì
予去武昌十年



chāng
shí
nián
故人有泊舟鸚鵡洲者

rén
yŏu

zhōu
yīng

zhōu
zhĕ
聞小姬歌此詞
Wén
xiăo




問之頗能道其事
wèn
zhī

néng
dào

shì
還吳為予言之
Huán

wèi

yán
zhī
興懷昔遊
Xìng
huái

yóu
且傷今之離索也
qiĕ
shāng
jīn
zhī

suŏ

月冷龍沙
Yuè
lĕng
lóng
shā
塵清虎落
Chén
qīng

luò
今年漢酺初賜
Jīn
nián
hàn

chū

新翻胡部曲
Xīn
fān



聽氈幕元戎歌吹
Tīng
zhān

yuán
róng

chuī
層樓高峙
Céng
lóu
gāo
zhì
看檻曲縈紅
Kàn
jiàn

yíng
hóng
檐牙飛翠
Yán

fēi
cuì
人姝麗
Rén
shū

粉香吹下
Fĕn
xiāng
chuī
xià
夜寒風細

hán
fēng

此地


宜有詞仙

yŏu

xiān
擁素雲黃鶴
Yōng

yún
huáng

與君遊戲

jūn
yóu

玉梯凝望久


níng
wàng
jiŭ
但芳草萋萋千里
Dàn
fāng
căo


qiān

天涯情味
Tiān

qíng
wèi
仗酒祓清愁
Zhàng
jiŭ

qīng
chóu
花消英氣
Huā
xiāo
yīng

西山外

shān
wài
晚來還捲
Wăn
lái
huán
juăn
一簾秋霽

lián
qiū

姜夔

Jiāng

Kuí

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : inauguration fête nostalgie

Jiāng Kuí (1152—1220) :
Sur l’air d’« En souvenir d’un petit-fils de roi »

憶王孫



wáng

sūn
冷紅葉葉下塘秋
Lĕng
hóng


xià
táng
qiū
長與行雲共一舟
Cháng

xíng
yún
gòng

zhōu
零落江南不自由
Líng
luò
jiāng
nán


yóu
兩綢繆
Liăng
chóu
móu
料得吟鸞夜夜愁
Liào

yín
luán


chóu
姜夔

Jiāng

Kuí

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : automne errance séparation

Jiāng Kuí (1152—1220) :
« Yangzhou lento »

            Pure                                    et du          rameau,             d’hiver,                  -Yang (Yangzhou).    neige                                                      pasteur    graminées   perte         En          dans                                 tous                  et                                        de jaspe,                 couchant                      La                                  gémissait, mon cœur s’emplissait              et                    présent             perdu.       pourquoi      créé            Le                                                        la tristesse               tête            du Classique    la         Sur la                   la                -       -   -           site                         selles          courte       au début                       «    vent de printemps     une                                                             Depuis       épia                      qui               le                                                                        entendre        d’armées.                            la                             froid                       murailles vides.                 à Du Mu                Je crois                s’il   revenait                                           de                                                                                                                   -             subsistent encore,                   cœur des vagues         lune                    Je                                     bordaient     ponts,      qui       après année fleurissent-elles           ?

En l’ère         Gloire, l’année du troisième             neuvième         au solstice          je               -                          de la                 commençait   fondre,                                à       de vue.                                je ne trouvais         côtés                            L’eau             faisait           les                      montaient     à         corne des sentinelles                                             de tristesse                    du         et                 C’est          j’ai      cette ode.    Vieil       des Mille Pics estimait           trouvait                                                                              gauche de    Huai    fameuse Cité,  -       -   -Bambous         charmant,           les                                       du         Traversant   le                   sur     lieue », Partout                    et                             qu’on                  tartares     passaient                Près     bassins            les        arbres                                            Peu à peu         descend,                  clair dans              la Cité entre                      Ce qui                  plus     tout,                                            terrifierait. Même        sur le          la Noix          Ou          Pavillon d’azur, Ne             guère            en vers tant                        -quatre ponts                        sont noyés au                      la             en silence.    me          des pivoines rouges               les        Pour                                  -        présent  

         de                                   tronc                                                traversais Wei-                 La             nuit précédente            à         bourses à         et                              rentrant      la citadelle,                de            qu’abandon    délabrement.       glaciale se                       couleurs du                    peu   peu.                          tristement                                                  je me lamentais               du passé                                                     Homme                         qu’il s’y                       du « Millet à      pensante »              de    Poésie.                  la                       À-l’Ouest-des-        ce                Détachant            pour une        halte             voyage,                                                            bourses à pasteurs    graminées verdoient.                   les chevaux                        sur    fleuve,      des         abandonnés     grands        Détestent encore          parler                     le soir             corne souffle            le       Sur               les                         plaisait              que                qu’aujourd’hui      y          le                    œuvrer        poème            Muscade,    rêver du                     permettrait       d’exprimer              d’émotion. Si les vingt-                                Ils                               sous         froide                   souviens                     qui                               année                        -      à          

揚州慢

Yáng

Zhōu

màn
淳熙丙申至日
Chún

bĭng
shēn
zhì

予過維揚

guò
Wéi
Yáng
夜雪初霽

xuĕ
chū

薺麥彌望

mài

wàng
入其城則四顧蕭條


chéng



xiāo
tiáo
寒水自碧
Hán
shuĭ


暮色漸起


jiàn

戍角悲吟
Shù
jiăo
bēi
yín
予懷愴然

huái
chuàng
rán
感慨今昔
Găn
kăi
jīn

因自度此曲
Yīn




千巖老人以為
Qiān
yán
Lăo
rén

wèi
有黍離之悲也
Yŏu
shŭ

zhī
bēi

淮左名都
Huái
zuŏ
míng

竹西佳處
Zhú

jiā
chù
解鞍少駐初程
Jiĕ
ān
shăo
zhù
chū
chéng
過春風十里
Guò
chūn
fēng
shí

盡薺麥青青
Jìn

mài
qīng
qīng
自胡馬窺江去後



kuī
jiāng

hòu
廢池喬木
Fèi
chí
qiáo

猶厭言兵
Yóu
yàn
yán
bīng
漸黃昏清角吹寒
Jiàn
huáng
hūn
qīng
jiăo
chuī
hán
都在空城

zài
kōng
chéng
杜郎俊賞

Láng
jùn
shăng
算而今重到須驚
Suàn
ér
jīn
chóng
dào

jīng
縱豆蔻詞工
Zòng
dòu
kòu

gōng
青樓夢好
Qīng
lóu
mèng
hăo
難賦深情
Nán

shēn
qíng
二十四橋仍在
Shēng
èr
shí

qiáo
réng
zài
波心蕩冷月無聲

xīn
dàng
lĕng
yuè

念橋邊紅藥
Niàn
qiáo
biān
hóng
yào
年年知為誰生
Nián
nián
zhī
wèi
shuí
shēng
姜夔

Jiāng

Kuí

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Les vers 6 et 8 font allusion à l’attaque de Yangzhou 揚州 par les Jürchen en 1161, d’où résultat l’état d’abandon de la ville décrit dans le poème.

Mots-clefs : Yangzhou ruines abandon

Liú Guò (1154–1206) :
Sur l’air de « Le printemps au parc de la Rivière-Cœur »

                des             le                                mille         tranquilles,    coup                                              est             Voici    plaine                                main,           sabres                               filantes                      de                                       la tente                                                 l’étendard                                                          Le       -                                 Monts-       Et s’est            Ligue des                 et             dessus           s’élancent                                  pinceau, voici                     pluie tressaillir.                                                     Investi            dix       lieues,          d’or semble                                              Lorsqu’à                                 au     acéré,           tranche pas       -                           S’en          au       On        suivre                       flûtes Déjà     portent                       

Revue                                                         Dix       chevaux                              de trompe froide, Le Camp     Saules     aux                         d’automne comme    paume    la                        saillissent                                   cavale, Rangs    troupes en large    travers.                   vernie,                                    Sous            de                à        en fourrures portées légères.    saviez-vous      descend            des      -                                     poètes.            serpents                                               Que                              tout             et                                                                Passes,                        mille         Du                               Jin. Sa        sera                                 il caresse       épée    fil        S’il                  le Lou-Lan                                         soir,    entend           troupe          et                         la rumeur des confins.

      d’automne     troupes par    Gouverneur militaire Zhang                                Un      résonne                           des                ordres.       la                        la       de          Lances et                    brusques, Étoiles          le fer                                   en          Lui sous                  Commandant des armées et stratège,                    plumes, calme,   l’aise                                        -     ? Il         du général          -d’Est,          allié à la                   Dragons             au        du papier            et s’envolent,     s’abaisse son                     autour vent                       Alors que poussière et sable surgissent des                 Marquis de                      sceau             frapper les         vie ne      pas comblée,          sa taille            Cette                         n’en                   -    pour apaiser son cœur.      revenant                           la        tambours                qui                               

沁園春

Qìn

yuán

chūn
張路分秋閱
Zhāng

fēn
qiū
yuè
萬馬不嘶
Wàn



一聲寒角

shēng
hán
jiăo
令行柳營
Lìng
xíng
Liŭ
Yíng
見秋原如掌
Jiàn
qiū
yuán

zhăng
槍刀突出
Qiāng
dāo

chū
星馳鐵騎
Xīng
chí
tiĕ

陣勢縱橫
Zhèn
shì
zòng
héng
人在油幢
Rén
zài
yòu
chuáng
戎韜總制
Róng
tāo
zŏng
zhì
羽扉從容裘帶輕

fēi
cóng
róng
qiú
dài
qīng
君知否
Jūn
zhī
fŏu
是山西將種
Shì
shān

jiàng
zhŏng
曾繫詩盟
Céng

shī
méng
龍蛇紙上飛騰
Lóng
shé
zhĭ
shàng
fēi
téng
看落筆四筵風雨驚
Kàn
luò


yán
fēng

jīng
便塵沙出塞
Biàn
chén
shā
chū
sài
封侯萬里
Fēng
Hóu
wàn

印金如鬥
Yìn
jīn

dòu
未愜平生
Wèi
qiè
píng
shēng
拂拭腰間

shì
yāo
jiān
吹毛劍在
Chuī
máo
jiàn
zài
不斬樓蘭心不平

zhăn
Lóu
Lán
xīn

píng
歸來晚
Guī
lái
wăn
聽隨軍鼓吹
Tīng
suí
jūn

chuī
已帶邊聲

dài
biān
shēng
劉過

Liú

Guò

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Le Loulan 樓蘭 est un État de l’époque de la dynastie Han 漢 situé au Xinjiang actuel.

Mots-clefs : troupes revue revanche

Zhāng Zī (1153 – 1211) :
Sur l’air de « Le pavillon du Mont des Hirondelles »

Comme depuis                rêve                   Les            nuages sans                                              matin                   pluie éparse.    la haie    bambous                                                    bruisse et             verdure          furtivement       la              ne voit encore                         sont                  les                                             vermillon.                                le faîte des                        -               lettres    brocard             moussu                          nous l’avons                 souviens                       sur la                         des cordes, de l’odeur des poteaux. Le store    rhinocéros                               phénix       de                            je                   resté                         Que            que                                        fleurs,    plus profond              salle ?          peu,            que nous atteigne                on                     revenir.

             la pénombre         je m’en retourne,     couches de             nulle trouée             la couleur                   précipitent                  De                    s’exhale un souffle glacé, Le jardin                                                                                      On                                ; Seuls                   sur                          les vantaux     portes                         En                                            Faudrait-   se fier aux                      Ce               que            poursuit,                        Je                qui                                                                                            de                                                 nuage                      bien             tant de                   à    contempler.           pour     tu viennes,                         de         au                 la petite                                                                      ne saurait                  

                         du                                                                encore Sous            du petit       se             en                          de                                              des orchidées            s’agite, La         nouvelle             gagne    rive sud.                   passer personne              entr’ouverts         galeries circulaires             des                   Désenchanté,    vain j’observe              nuages irisés,         -il                     de         ?    chemin            ma mémoire                        parcouru,    me          de     m’accompagnait        balançoire, Des coloris                                                            est roulé noir, L’oreiller du                 solitude, Il faut      que    sois         fois       debout   le                 faire                      Entouré d’un brouillard                            de                   Reste un      Jusqu’à ce                   la vieillesse,               te faire         

燕山亭

Yān

shān

tíng
幽夢初回
Yōu
mèng
chū
huí
重陰未開
Chóng
yīn
wèi
kāi
曉色催成疏雨
Xiăo

cuī
chéng
shū

竹檻氣寒
Zhú
jiàn

hán
蕙畹聲搖
Huì
wăn
shēng
yáo
新綠暗通南浦
Xīn

àn
tōng
nán

未有人行
Wèi
yŏu
rén
xíng
纔半啟回廊朱戶
Căi
bàn

huí
láng
zhū

無緒


空望極霓旌
Kōng
wàng


jīng
錦書難據
Jĭn
shū
nán

苔徑追憶遊游
Tái
jìng
zhuī

céng
yóu
念誰伴鞦韆
Niàn
shuí
bàn
qiū
qiān
綵繩芳柱
Căi
shéng
fāng
zhù
犀簾黛捲

lián
dài
juăn
鳳枕雲孤
Fèng
zhĕn
yún

應也幾番凝竚
Yīng


fān
níng
zhù
怎得伊來
Zĕn


lái
花霧繞小堂深處
Huā

rào
xiăo
táng
shēn
chù
留住
Liú
zhù
直到老不敎歸去
Zhí
dào
lăo

jiāo
guī

張鎡

Zhāng


Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : jardin couple souvenirs

Dài Fù Gŭ (1167 – ?) :
Sur l’air de « Chanson de la fée des grottes »

   vend     fleurs sur     étals, De                 d’chrysanthèmes       fendus,                              ;                            À             ville           Côte à                        et                               tout             pas           charmant,    bonne                              diablement         pays, va !                  tête j’le rumine   mort, C’est pour                                       j’me ratatine. Pour    sourire v’là               mon                     coin        d’une        Prestement disposés                                   -tu en voilà,      trois bocks                                 d’not’     temps.                -moi                           belle           pour cette      

On      des                               en                         juste         V’là l’Yang Double qu’on dit                      mollir.   voir     la       ripolinée        côte          les bars    les        à                       ça              L’endroit                            pour                                 le                                              à                  rien                       mille                                                            cœur, Dans                                                          rond,            fruits    veux-                              et      coupes pour                    bon        La       trouve-    donc dans                       à chanter            fois.

                       les           l’or    boutons                                                              faut l’saisir sans                par                                alignées                 boîtes   chanteuses, Dans         y’aurait                         la       combine      moi ? Qu’il est            loin               Et quand dans ma                                          que les sourcils cent       fois                     un              qu’j’ouvrirai                un p’tit      autour       table,                     en       Légumes et        en     -             Avec                deux             se souv’nir                      môme,       -              tes chansons La                                 

洞仙歌

Dòng

xiān


賣花擔上
Mài
huā
dàn
shàng
菊蕊金初破

ruĭ
jīn
chū

說著重陽怎虛過
Shuō
cháo
chóng
yáng
zĕn

guò
看畫城
Kàn
huà
chéng


簇簇酒肆歌樓
Jiŭ


lóu
奈沒個
Nài
méi

巧處安排著我
Qiăo
chù
ān
pái
zháo

家鄉煞遠哩
Jiā
xiāng
shà
yuăn

抵死思量



liàng
枉把眉頭萬千鎖
Wăng

méi
tóu
wàn
qiān
suŏ
一笑且開懷

xiào
qiĕ
kāi
huái
小閣團欒
Xiăo

tuán
luán
旋簇著幾般蔬果
Xuàn

zháo

bān
shū
guŏ
把三杯兩盞記時光

sān
bēi
liăng
zhăn

shí
guāng
問有甚曲兒
Wèn
yŏu
shèn

ér
好唱一個
Hăo
chàng


戴復古

Dài




Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Dans celui-ci, le poète décrit son errance et manifeste son aspiration à profiter malgré tout de la vie au jour le jour. Les deux premiers vers, plus lyriques et classiques que la suite du poème, peuvent apparaître comme une pique envers la poétesse Li Qingzhao 李清照 : le 1er vers « 賣花擔上 » est directement repris du vers initial de son Sur l’air de magnolia, version courte 減字木蘭花, et les chrysanthèmes du second vers étaient des fleurs très appréciées de la poétesse. Certes, l’état d’esprit d’un « carpe diem » assez trivial affiché dans ce poème contraste fortement avec la tristesse très digne des dernières œuvres de Li Qingzhao !

Le Yang Redoublé 重陽 désigne le 9ème jour de la 9ème lune, qu’on appelle aussi pour cette raison le Neuf Redoublé 重九 : c’est la fête des chrysanthèmes.

Les expressions 煞遠et 旋簇著 appartiennent au langage parlé de l’époque des Song. La traduction tente en conséquence de rendre la gouaille et la verve de ce texte.

Mots-clefs : chanson bon temps

Yán Ruĭ (vers 1182) :
Sur l’air de « Comme en songe »

如夢令



mèng

lìng
道是梨花不是
Dào
shì

huā

shì
道是杏花不是
Dào
shì
xìng
huā

shì
白白與紅紅
Bái
bái

hóng
hóng
別是東風情味
Bié
shì
dōng
fēng
qíng
wèi
曾記曾記
Céng

céng

人在武陵微醉
Rén
zài

líng
wēi
zuì
嚴蕊

Yán

Ruĭ

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : fleurs pêchers énigme

Liú Kè Zhuāng (1187 – 1269) :
Sur l’air d’« Un maître en divination »

        en       légères    papillon,                         de             On                Seigneur du                                    cent races et                          Au matin      -     foisonnantes en                 Au           -     éparses    bout     branches.                               Ciel          bien                      les a lavées, le      les a soufflées.

Pétales    capes                      Taches    touches fines    rouge                                     Ciel n’aimerait pas             En                     genres charmantes.          voyez-les,                 haut               soir      -les,         au                    On affirme que    Seigneur du      aimerait      les fleurs, La                        vent                 

                         de                  en                        sang,    affirme que le                                 les fleurs,                  mille                                  -                          des arbres         voyez-                     des                          le                                               pluie                                       

卜算子



suàn


片片蝶衣輕
Piàn
piàn
dié

qīng
點點猩紅小
Diăn
diăn
xīng
hóng
xiăo
道是天公不惜花
Dào
shì
Tiān
Gōng


huā
百種千般巧
Băi
zhŏng
qiān
bān
qiăo
朝見樹頭繁
Cháo
jiàn
shù
tóu
fán
暮見枝頭少

jiàn
zhī
tóu
shăo
道是天公果惜花
Dào
shì
Tiān
Gōng
guŏ

huā
雨洗風吹了


fēng
chuī
liăo
劉克莊

Liú



Zhuāng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : fleurs pluie vent

Liú Kè Zhuāng (1187 – 1269) :
Sur l’air de « Le printemps au parc de la Rivière-Cœur »

Fidèle                         Où      sommes-nous              Montés           de la                  Pour visiter    belvédère    Moineau-de-                            cuisiniers à          et                         abysses                      Que                       montrent                              dragon    la pluie   Les          les        de l’Empire                vous et          manier                     serait                        eux   De chariots,                                                Zhao,     escrimeurs au        prodigieux.      l’euphorie               le                       résonnait comme    tonnerre.                                                 léger                             l’éclat                                             illustré     mon mérite,    lettré                  partirai.                  présenter          au Général                                                       mille       faut-                      ?    me            épaules    me lève,             et                           Soupirant,               je    laisse       au         

       transcription d’un rêve    nous       -     rencontrés ?          la tour       Broche précieuse              le                     -  -        Nous            les              découper                        des         orientaux en                                                             occident le                    !                  braves             Nous                   moi             l’épée.     d’autre              de trinquer avec                    mille                   sud    Yan,         de                                            Dans               l’ivresse,            aux peintures                                                  l’aurore    chant                      rappellerait ? Hélas           des              évanoui,    ne me suis                              En        je            et           L’occasion va se                               Li Rencontrer l’Empereur Sublime.    marquisat    dix                 -   vraiment                   couvre les                     Mais triste    amer en            passé,               cœur                                     

                                             -                         à                                                          du        -  -Bronze,      exhortions                              réduire Une baleine                          hachis.     les palefreniers nous          donc À l’extrême                    de                héros et                             guidaient             pour                Qui                digne                      ?                    Transportaient du     de      du nord          Des               talent                             de               tambour                               le           Comment croire qu’à          le       du coq si       nous                      !             années s’est          Je            pas          par                          vieillirai                                         De faire                                              Un           de           feux,     -il          en parler   Je                       et                                 pensant au                   le      gros,    me        aller    chagrin.

沁園春

Qìn

yuán

chūn
夢孚若
Mèng

ruò
何處相逢

chù
xiāng
féng
登寶釵樓
Dēng
Băo
Chāi
lóu
訪銅雀臺
Făng
Tóng
Què
tái
喚廚人斫就
Huàn
chú
rén
zhuó
jiù
東溟鯨膾
Dōng
míng
jīng
kuài
圉人呈罷

rén
chéng

西極龍媒


lóng
méi
天下英雄
Tiān
xià
yīng
xióng
使君與操
Shĭ
jūn

cāo
餘子誰堪共酒杯


shuí
kān
gòng
jiŭ
bēi
車千兩
Chē
qiān
liăng
載燕南趙北
Zài
yān
nán
zhào
bĕi
劍客奇才
Jiàn


cái
飲酣畫鼓如雷
Yĭn
hān
huà


léi
誰信被晨雞輕喚回
Shuí
xìn
bèi
chén

qīng
huàn
huí
歎年光過盡
Tàn
nián
guāng
guò
jìn
功名未立
Gōng
míng
wèi

書生老去
Shū
shēng
lăo

機會方來

huì
fāng
lái
使李將軍
Shĭ

jiàng
jūn
遇高皇帝

Gāo
Huáng

萬戶侯何足道哉
Wàn

hóu


dào
zāi
披衣起



但淒涼感舊
Dàn

liáng
găn
jiù
慷慨生哀
Kāng
kăi
shēng
āi
劉克莊

Liú



Zhuāng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Une particularité de la poésie chinoise très importante, mais évidemment très difficile en général à rendre dans une traduction, est l’usage de caractères qui sont significatifs par eux-mêmes, et non de mots issus d’une simple transcription phonétique (et parfois aussi historique, comme le français) de la langue parlée. Ces caractères portent une importante charge sémantique en relation directe avec les fondements de la civilisation chinoise.

Tentons d’expliquer en quelques mots le système de constitution de l’écriture chinoise. Les caractères chinois comportent des caractères de base dits wen 文, qui représentent ou suggèrent ce qu’ils signifient et sont relativement peu nombreux, et un grand nombre de caractères composés dits zi 字, qui sont formés en associant entre eux les 文 ou d’autres 字, de façon itérative. Cette composition s’effectue en superposant l’extensif, qui indique à quelle catégorie d’objets ou d’actions le mot appartient, et l’intensif, qui peut compléter le sens et peut aussi suggérer la prononciation. Ainsi :

caractère 字 = extensif (文 ou 字) + intensif (文 ou 字)

L’extensif est le plus souvent placé, selon sa forme, à gauche ou au dessus de l’intensif.

Dans le poème qui nous concerne, la rivière se prononce à peu près « ch’in », et le caractère utilisé est 沁. L’extensif 氵 est la représentation abrégée du caractère 水 qui signifie l’eau, et on le rencontre dans de nombreux caractères liés au liquide. Ainsi le fleuve 江, le torrent ou le ruisseau 溪, la mer 海, les larmes 涕, l’alcool 酒 (oui, c’est bien une bouteille que l’on voit à droite), etc.

Mais l’intensif n’est pas non plus choisi au hasard : il est souvent lié à la prononciation, mais il peut l’être au sens. Par exemple, la rivière Huai, frontière entre les Song et les Jin, s’écrit 淮 , et le caractère 隹 (qui se prononce « chui », donc n’a pas été utilisé pour la prononciation) désigne un oiseau à queue courte : la Huai 淮 , c’est donc la Rivière-aux-oiseaux. Dans les cas de 沁, le caractère 心 désigne le cœur ou l’esprit. C’est pourquoi je n’ai pas voulu me contenter de traduire phonétiquement « Ch’in », qui n’a aucune signification pour un lecteur français, mais j’ai préféré « Rivière-Cœur », qui suggère un sens qu’un lecteur chinois perçoit aisément dans le caractère. Bien entendu, de même que nous lisons globalement un mot sans en décomposer chaque syllabe, on lit en chinois le plus souvent de façon globale l’ensemble extensif et intensif pour les mots courants ; mais l’on aura tendance à revenir à la décomposition dans le cas de caractères plus rares ou de noms propres.

Sur les caractères chinois, leur articulation sémantique et leur dimension anthropologique, il faut lire la nouvelle édition de L’Idiot Chinois de Kyril Ryjik (voir Bibliographie).

Mots-clefs : rêve héroïsme illusion

Yáng Guŏ (1195 - 1269) :
Sur la tonalité de Yué – Sur l’air de « Le rouge d’un petit pêcher »

                de                                       cueilleuses                        saules en                    passent, Sans se soucier des canards              leur                  sursaut,       -          cette      ?                 quelqu’un pour                    au                    et                              n’allez                 vieux                    du                                 de                  

Des                lotus                    de        de             de lotus,          les           barques                                                 mandarins              arrachés                   -   là           nuit            trouvé                monter,                        du fleuve                                             chanter                                                     à Sima tant    traces de larmes.

    cueilleuses          qui s’accompagnent    chants                          Derrière                       d’orchidée                                                de      rêve          en          Qu’est-ce    que              Il s’est                               solitaire,    pavillon              s’y étendre. Le cœur blessé,         pas         Ces       airs des dynasties    Sud, Qui laissèrent                                 

越調-小桃紅

Yuè

diào



Xiăo

táo

hóng
採蓮人和採蓮歌
Căi
lián
rén

căi
lián

柳外蘭舟過
Liŭ
wài
lán
zhōu
guò
不管鴛鴦夢驚破

guăn
yuān
yāng
mèng
jīng

夜如何



有人獨上江樓臥
Yŏu
rén

shàng
jiāng
lóu

傷心莫唱
Shāng
xīn

chàng
南朝舊曲
Nán
cháo
jiù

司馬淚痕多


lèi
hén
duō
楊果

Yáng

Guŏ

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : fleuve chansons

Yè Shào Wēng (vers 1200) :
Une visite manquée au jardin

遊園不值

Yóu

yuán



zhí
應憐屐齒印蒼苔
Yīng
lián

chĭ
yìn
cāng
tái
小扣柴扉久不開
Xiăo
kòu
chái
fēi
jiŭ

kāi
春色滿園關不住
Chūn

măn
yuán
guān

zhù
一枝紅杏出牆來

zhī
hóng
xìng
chū
qiáng
lái
葉紹翁



Shào

Wēng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : jardin clos printemps

Wú Wén Yīng (1207 ? - 1269 ?) :
Sur l’air de « Le vent s’engouffre dans les pins »

                   à                                                       a                         l’épitaphe     fleurs.                                                                  chaque               une once    tendre                 prévu                                     assez                       ensemble                   loriots            Au        d’ouest chaque      balayant                          Comme avant                                          guêpes         assaillent     cordes       balançoire,                    des mains                              Contrarié    affligé           de mandarins ne       pas retrouvé,                                      la mousse va           

  écouter    vent,           la pluie se          Pure Lumière,    chagrin   couvert d’herbes                   des                la maison      l’obscurité       bifurque    chemin,             fil de saule,          de                   J’ai                        froid du                           Surviennent          rêve de l’aube et                                             jour                          bosquet,                        les            nouvelles.                               les                                 là                    effilées           condensa.                      un couple                                                    déserté          nuit              s’étendre.

À         le         écouter             passe la               Le                            folles                        Devant           dans             verte          le         Pour                                         affection.            à travers l’âpre          printemps       d’alcool,                                                chanteurs.    jardin                              la gloriette du                      j’apprécie     éclaircies            Les        souvent                       de la             Ce fut    qu’alors                    le parfum                     et                                   s’est               Sur l’escalier         toute la                             

風入松

Fēng



sōng
聽風聽雨過清明
Tīng
fēng
tīng

guò
qīng
míng
愁草瘞花銘
Chóu
căo

huā
míng
樓前綠暗分攜路
Lóu
qián

àn
fēn


一絲柳一寸柔情


liŭ

cùn
róu
qíng
料峭春寒中酒
Liào
qiào
chūn
hán
zhōng
jiŭ
交加曉夢啼鶯
Jiāo
jiā
xiăo
mèng

yīng
西園日日掃林亭

yuán


săo
lín
tíng
依舊賞新晴

jiù
shăng
xīn
qíng
黃蜂頻撲鞦韆索
Huáng
fēng
pín

qiū
qiān
suŏ
有當時纖手香凝
Yŏu
dāng
shí
xiān
shŏu
xiāng
níng
惆悵雙鴛不到
Chóu
chàng
shuāng
yuān

dào
幽階一夜苔生
Yōu
jiē


tái
shēng
吳文英



Wén

Yīng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : journée printemps souvenirs

Wú Wén Yīng (1207 ? - 1269 ?) :
Sur l’air d’« En vain tant de décrets »

   regrettant    se                     - -               ?           qui                              l’automne.           pluie,             fait                   froufrou.                   frais    soir               C’est la                                           Le             années dans                                                            vaporeuse                                            reviennent,    voyageur                                   pleureurs n’ont pas        la                jupe      la retenir,    indéfiniment ainsi maintenir amarrée                      

En            de                 composa- -     chagrin »   C’est, de                   cœur placé                                 le bananier           entendre son           Tous        qu’au       du                             pleine       Je crains           l’étage.    passage des                                           les           fleuries l’eau           s’écoule. Les                           et             le                 s’est atermoyé. Les                                      ceinture    sa      pour                                                        jonque itinérante.

                    séparer D’où        -t-on «                           s’éloigna, le            sur            Même sans                         bien                             disent                     il fait beau,                 lune,           de gagner                                     les rêves s’interrompt, Parmi     illusions                                        hirondelles nous quittent                            encore                     saules                     enlacé             de                          Et                                      la                   

唐多令

Táng

duō

lìng
惜別

bié
何處合成愁

chù

chéng
chóu
離人心上秋

rén
xīn
shàng
qiū
縱芭蕉不雨也颼颼
Zòng

jiāo



sōu
sōu
都道晚涼天氣好
Dōu
dào
wăn
liáng
tiān

hăo
有明月
Yŏu
míng
yuè
怕登樓

dēng
lóu
年事夢中休
Nián
shì
mèng
zhōng
xiū
花空煙水流
Huā
kōng
yān
shuĭ
liú
燕辭歸客尚淹留
Yàn

guī

shàng
yān
liú
垂柳不縈裙帶住
Chuí
liŭ

yíng
qún
dài
zhù
漫長是繫行舟
Màn
cháng
shì
吳文英



Wén

Yīng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : chagrin soirée absence

Guān Hàn Qīng (1210 — 1280) :
Sur l’air de « Quatre blocs de jade »

四塊玉



kuài


別情
Bié
qíng
自送別

sòng
bié
心難捨
Xīn
nán
shě
一點相思幾時絕

diăn
xiāng


shí
jué
憑闌袖拂楊花雪
Píng
lán
xiù

yáng
huā
xuĕ
溪又斜

yòu
xié
山又遮
Shān
yòu
zhē
人去也
Rén


關漢卿

Guān

Hàn

Qīng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : tristesse séparation

Hăo Jīng (1223 – 1275) :
Fleur tombée

Sous les                             rouge            de                             portes                       où seule         la              des                     pruniers      le      d’est         rêve    papillon,                   sous    clarté lunaire      l’âme            Cette balustrade de jade      la               ces mille              vide                    d’Or                  j’irai                           libation. Ce désordre                               ne                                 subsister    grâce                                    

         nuages chatoyants, la pluie       des fleurs            occulte     grandes        : Jadéite des                             marque           calices. Pêchers et          sous    vent            un      de                                                    dans       du                                                                         et                     du Val      parfum anéanti –              déborder la       à                       qui        la       Seigneur,       balayez     :         plutôt                         printemps jusqu’au crépuscule.

                                                         pêchers         les                              rameaux          demeure           verte                                                     dans                      Défilé montagneux      la                              coucou.                          dans    brume froide,           arbres    ce      ! Au jardin                                     faire             coupe                             jonche    cour,              le         pas   Laissez                  la       d’un                               

落花

Luò

huā
彩雲紅雨暗長門
Căi
yún
hóng

àn
cháng
mén
翡翠枝餘萼綠痕
Fĕi
cuì
zhī

è

hén
桃李東風蝴蝶夢
Táo

dōng
fēng

dié
mèng
關山明月杜鵑魂
Guān
shān
míng
yuè

juān
hún
玉闌煙冷空千樹

lán
yān
lĕng
kōng
qiān
shù
金谷香銷漫一尊
Jīn

xiāng
xiāo
màn

zūn
狼藉滿庭君莫掃
Láng

măn
tíng
jūn

săo
且留春色到黃昏
Qiĕ
liú
chūn

dào
huáng
hūn
郝經

Hăo

Jīng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : absence mort nature

Bulle