Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Qiáo Jí (1280 ? -1345) :
En Do majeur – Sur l’air d’« Ivres dans une ère de paix »

      majeur       l’air                                                            temps               et              sa brochette de                      retourné   le                                                    juste         Des                                                    les                                                    oiseux                          femmes.       crânes                      les                       neige souffrent                  Assis     un         de jonc,     apostrophent                          suivant                  pauvre              sur                              causent    ciel         de    terre      un brouillard d’ivresse,           trouvent bien          peinture            !

En                           Ivres dans une     de paix » Bavardages      passer          entre pêcheur                                          poisson est                           Troqué                à                                          de taureaux                         saoul,              bûcheron et pêcheur, Dissertant    propos                     de                  Leurs                    botteler     nuages et                             peine et               sur                                         vent chantent la              la route                                 la gourde de             ils         du                                                                                                  de          

   Do        – Sur       d’«                ère                      pour        le                        bûcheron Sur                 saule le                      :    voilà cuit.        contre du bois   brûler, du vin       acheté.     combats             ils profitent tous leur            compères                                 de               et de contes    vieilles                      desséchés à                        coltiner la                          misère,              coussin          ils              le                  lune                  de leur        vie. Appuyés                  coloquinte,                     parlent    la       dans                          Qu’ils se               dans une             paysage  

正宮–醉太平

Zhèng

gōng



Zuì

tài

píng

漁樵閑話

qiāo
xián
huà
柳穿魚旋煮
Liŭ
chuān

xuán
zhŭ
柴換酒新沽
Chái
huàn
jiŭ
xīn

鬥牛兒乘興老樵漁
Dòu
niú
ér
chéng
xìng
lăo
qiāo

論閑言倀語
Lùn
xián
yán
chāng

燥頭顱束雲擔雪躭辛苦
Zào
tóu

shù
yún
dān
xuĕ
dān
xīn

坐蒲團攀風詠月窮活路
Zuò

tuán
pān
fēng
yŏng
yuè
qióng
huŏ

按胡蘆談天說地醉模糊
Àn


tán
tiān
shuō

zuì


入江山畫圖

jiāng
shān
huà

喬吉

Qiáo



Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard