Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) :
Sur l’air de « Le cri du marchant de fleurs »

               Le cri du marchant                                         haut       tour regardant                       je                                  à                         colline            je    souviens        le Fondateur, Quand vient       la                      gardant confiance,                    de l’épée             ces       là                     Où est passé le                     mélancoliques, givre                              Anciens.

             «                                La           du voyageur         de la                                nord,    pense   Wang l’Excellent,          l’écart du       sur la         orientale,                                                 peser    tristesse, pour qui,                    frapper    pommeau                  ? En              on tirait                           général ? Glacials,                      et           les         des         

Sur l’air de                      de fleurs »    condition             Du                           au loin vers le                à                   Vivant              monde                              me          de Xié                                                                                    le                   longue          temps-             le tigre.                                                             glace sur     rivages             

賣花聲 

Mài

huā

shēng

客況

kuàng
登樓北望思王粲
Dēng
lóu
bĕi
wàng

Wáng
Càn
高臥東山憶謝安
Gāo

dōng
shān

Xiè
Ān
悶來長鋏為誰彈
Mèn
lái
cháng
jiá
wèi
shuí
tán
當年射虎
Dāng
nián
shè

將軍何在
Jiàng
jūn

zài
冷淒淒霜凌古岸
Lĕng


shuāng
líng

àn

張可久

Zhāng



Jiŭ

Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard