Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) :
Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Sur          «    génie     bords du fleuve              Vénérable    Yang         «             épris             »,               cette                                                                     J’ai utilisé ces paroles                 résidences                                               de pièces, et                               classique   Génie    bord                    cachées résidences                                             de nuage           de            toujours cadenassés,             saules corolles des                peu                 Le printemps        retour     arbres de                      Et              vieillie      la cité de                     À           la                                       tant            À         m’éloigne                     rien                                                     que voilà toujours      décrépite et              fêter                                  d’envie, Pour             neige,    cœur    m’en          

          de   Le       des                 »                                        Un                d’une fleur                        expression : « Profondeurs                                                                   « Cours                    retirées                                                    l’ai       en musique      le           «       au      du fleuve    Cours                             profondeurs               Fenêtres                                                                                                peu       se                                                       la Colline-             la                                    Fondation-Prospère.                lune, à fredonner le vent,    me                        présent                         avoir                Qui            celle,              blême,                                            ?            les Lanternes, je           plus                                  le      ne          plus.

    l’air                                     Lorsque le           Ou      composa      papillon                      il s’y trouva                                  innombrables » que j’aime passionnément.                                  cachées                     » pour composer plusieurs ouvertures                    rendu            avec                                        ».                          retirées             innombrables,                   pavillons    brouillard                      Pousses des                     pruniers     à        discernent :              est de        aux                      aux-Prés,       femme est          dans                                  ressentir                               je    suis      appliquée,                     vieillie sans            accompli.     plaindrait        attristée et                           plus              fanée   Pour                         n’éprouve                    piétiner la                        dit      

臨江仙

Lín

jiāng

xiān

歐陽公作 蝶戀花
Ōu
yáng
gōng
zuò
Dié
liàn
huā
有 深深深幾許 之句
yŏu
shēn
shēn
shēn


zhī

予酷愛之



zhī
用其語作 庭院深深 數闕
Yòng


zuò
tíng
yuàn
shēn
shēn
shù
quē
其聲即舊 臨江仙 也

shēng

jiù
Lín
jiāng
xiān

庭院深深深幾許
Tíng
yuàn
shēn
shēn
shēn


雲窗霧閣常扃
Yún
chuāng


cháng
jiōng
柳梢梅萼漸分明
Liŭ
shāo
méi
è
jiàn
fēn
míng
春歸秣陵樹
Chūn
guī

líng
shù
人老建康城
Rén
lăo
jiàn
kāng
chéng
感月吟風多少事
Găn
yuè
yín
fēng
duō
shăo
shì
如今老去無成

jīn
lăo


chéng
誰憐憔悴更彫零
Shuí
lián
qiáo
cuì
gèng
diāo
líng
試燈無意思
Shì
dēng



踏雪沒心情

xuĕ
méi
xīn
qíng

李清照



Qīng

Zhào

Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard