Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) :
Sur l’air de « Un bonheur s’approche »

             «                       » Le vent                           tombées en                                                                          flocons         Je         me souvenir       pommiers   bouquets                puis C’était                    où                            Plus d’alcool, les chants                         vide,    la                                                               plus            mélancolie, Que                                 de            

          de   Un bonheur                                les fleurs sont            tapis épais, On voit à         les                brassées s’amasser les         rouges.          à             ; les                     fleurissaient,              vraiment                                                                        le gobelet de            De          blanche l’obscure clarté           Pâmée,    ne résiste        la noire                 vient        empirer la plainte               

Sur l’air                 s’approche           s’apaise,                                                   travers     persiennes par                                           reste                              à                                               la saison    le printemps se délabrait.                           tus,               jade             jarre                          défaille.        je                 à                                encore                       l’épervier.

好事近

Hăo

shì

jìn

風定落花深
Fēng
dìng
luò
huā
shēn
簾外擁紅堆雪
Lián
wài
yōng
hóng
duī
xuĕ
長記海棠開後
Cháng

hăi
táng
kāi
hòu
正是傷春時節
Zhèng
shì
shāng
chūn
shí
jié
酒闌歌罷玉尊空
Jiŭ
lán



zūn
kōng
青缸暗明滅
Qīng
gāng
àn
míng
miè
魂夢不堪幽怨
Hún
mèng

kān
yōu
yuàn
更一聲啼鷢
Gèng

shēng

jué

李清照



Qīng

Zhào

Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard