Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

Voir la notice biographique du poète et d'éventuelles notes sur le poème

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) :
Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

               soleil, le temps                      initié la                                 yeux, les          gonflent     joues,                        cœur    printemps.                         goût de    poésie,          les            Les larmes          couler    reste de           la                pare     tempes                                           doublée de        au           Sur                                                          abîme le phénix de                              le chagrin     m’offusque, sans                               la      je       à tripoter     ciseaux    flamme                 

La douceur, le                           le vent ont                    Les saules                                         les        Déjà on sent                du                         du                                 qui     partager ?            ont fait        le              fard,               qui                       Tout à      il me       sur                              fil           les massifs                                Où l’oreiller                    l’épingle.                                                                            dans    nuit    reste            aux                         chandelle.

                                clair et                       débâcle,            ouvrent les           pruniers                                  battre le                    La fantaisie    vin, le         la         avec                                                           mon          fleur d’or          mes        pèse.        coup       prend     ma robe            broder        d’or,                 de l’oreiller la tête penchée,                                             Seule, étreignant            qui                  beaux rêves, Jusque tard                                              la        d’une           

蝶戀花

Dié

liàn

huā
暖日晴風初破凍
Nuăn

qíng
fēng
chū

dòng
柳眼梅腮
Liŭ
yăn
méi
sāi
已覺春心動

jué
chūn
xīn
dòng
酒意詩情誰與共
Jiŭ

shī
qíng
shuí

gòng
淚融殘粉花鈿重
Lèi
róng
cán
fĕn
huā
diàn
chóng
乍試夾衫金縷縫
Zhà
shì
jiá
shān
jīn

féng
山枕斜欹
Shān
zhĕn
xié

枕損釵頭鳳
Zhĕn
sŭn
chāi
tóu
fèng
獨抱濃愁無好夢

bào
nóng
chóu

hăo
mèng
夜闌猶翦燈花弄

lán
yóu
jiăn
dēng
huā
lòng
李清照



Qīng

Zhào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin