Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) :
Sur l’air de « Comme en songe »

                     en songe       me                   à    claire            je suis seule assise                ombre,                  lampe s’épuise,       l’heure de            par                                     Qu’y faire,      faire, Comme triste               suis !

Sur          «                » Qui    tiendra compagnie   la        fenêtre où                      ? Réunie   mon                deux. La                                  dormir,        l’ombre aussi l’on sera abandonnée.                                      et désolée          

    l’air de   Comme                                                                                          à            je fais                          vient                    Et                                                     qu’y                                je       

如夢令



mèng

lìng

誰伴明窗獨坐
Shuí
bàn
míng
chuāng

zuò
我共影兒兩個

gòng
yĭng
ér
liăng

燈盡欲眠時
Dēng
jìn

mián
shí
影也把人拋躲
Yĭng


rén
pāo
duŏ
無那無那




好個淒涼的我
Hăo


liáng
de

李清照



Qīng

Zhào

Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard