Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

Voir la notice biographique du poète et d'éventuelles notes sur le poème

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) :
Sur l’air de « Cueillir des mûres » (version longue)

          fenêtre,                             arbre                     la cour           Si                                                              les                             qu’ils se replient, combien           sensibles !                                  la pluie                                 une pluie infinie.                         une       infinie,                     la femme          qui    s’habitue pas   se lever                 

Devant                        ce                          l’ombre                centrale.    l’ombre           cour           Toutes les feuilles    tous     cœurs, qu’ils se                                        sont trop             Mon cœur        sur            à             minuit,    gouttes                              Qu’en                                      Le                              Nord,                                      l’écouter  

       la          qui planta    bananier ? Un       Dont         couvre                              couvre la      centrale,                     et                           déploient,                                                            blessé     l’oreiller            de         En         dégouline                          gouttes dégouline     pluie             chagrin meurtrit          du           ne               à          pour           !

添字採桑子

Tiān



Căi

sāng


窗前誰種芭蕉樹
Chuāng
qián
shuí
zhòng

jiāo
shù
陰滿中庭
Yīn
măn
zhōng
tíng
陰滿中庭
Yīn
măn
zhōng
tíng
葉葉心心舒卷有餘情


xīn
xīn
shū
juăn
yŏu

qíng
傷心枕上三更雨
Shāng
xīn
zhĕn
shàng
sān
gēng

點滴霖霪
Diăn

lín
yín
點滴霖霪
Diăn

lín
yín
愁損北人不慣起來聽
Chóu
sŭn
bĕi
rén

guàn

lái
tīng
李清照



Qīng

Zhào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin