Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) :
Sur l’air de « Laver le sable du torrent »

          de « Laver                     » N’allons pas jusqu’à cette pleine               jaune                                      dans                                                                                                  le      qui tombe.                        mon                                            d’un              cette mince             givre sur    chignon dressé,                                                   rougie.

Sur l’air               sable du                                             coupe d’ambre       liquoreux,                    plongé                    mon              déjà liquéfié, Au          cloche d’elle-     répond         dans    soir            Le         embaume,                     le rêve s’interrompt,                     d’or,                      de                                 réveil, le vide    face de    lampe à                 

                     le          torrent                                                                    Je n’ai pas encore             l’ivresse que     esprit s’est                   loin une               même        au vent                            camphre          de     âme chavirée                       Crachat      oiseau                   aiguille              un                 Au                 en         la         la fleur        

浣溪沙

Huàn



shā

莫許杯深琥珀濃


bēi
shēn


nóng
未成沈醉意先融
Wèi
chéng
chén
zuì

xiān
róng
疏鐘己應晚來風
Shū
zhōng

yìng
wăn
lái
fēng
瑞腦香消魂夢斷
Ruì
năo
xiāng
xiāo
hún
mèng
duàn
辟寒金小髻鬟松

hán
jīn
xiăo

huán
sōng
醒時空對燭花紅
Xĭng
shí
kōng
duì
zhú
huā
hóng

李清照



Qīng

Zhào

Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard